Instrumentalisation ou resémantisation du mythe

  • La mythologie blanche
    Maria Anca MURESAN-BRINGARD
    Philosophie, Université Paul-Valéry, Montpellier III


  • La resémantisation des mythes grecs et celtes
    dans la formation identitaire irlandaise
    Maud Hilaire SCHENKER
    Littérature comparée, Université Paris III


    Résumé :

    En Irlande, à la mort de C.S. Parnell, le second renouveau celtique en plein essor multiplie les références mythiques celtes, grecs et bibliques pour définir l’essence de la culture nationale. La première étape de la formation identitaire consiste ainsi à désigner des ancêtres, à définir le mythe des origines, projection du Moi embelli de l’auteur. La seconde étape s’attache à enraciner la nation dans l’Histoire, à construire l’avenir, élaboration qui, paradoxalement, nécessite un retour vers le passé, un Age d’Or aujourd’hui perdu, mais susceptible de renaître. Les mythes dramatisent alors la marche de l’Histoire dans des œuvres en quête d’éternité.


    Mots-clés :

    Identité culturelle - Renouveau celtique – Yeats – Synge – Mythe – Histoire – Réécriture - Age d’or – Moi - Nation


    Abstract :

    When C. S Parnell dies, the Celtic revival grows stronger in Ireland and abundantly refers to biblical, Greek and Celtic myths in order to describe the very essence of national culture. At the first place the creation of a cultural identity consists in pointing out glorious ancestors and in defining the myth of the origins, which is a projection of the best part of the Ego. Furthermore it relates the story of the nation, to build a perfect future which is the repetition of a bright past, a lost Golden Age. Myths dramatize the national History in works which look for eternity.


    Keywords :

    Cultural identity - Celtic revival – Yeats – Synge – Myths – History – Rewriting - Golden Age – I – Nation

  • Le mythe au service de la politique à travers les fresques de Domenico Beccafumi au Palazzo Pubblico de Sienne
    Myriam MORETTIN
    Italien, Université Paul-Valéry, Montpellier III



    Résumé :

    De 1529 à 1536, en vue de la venue de Charles Quint, Domenico Beccafumi réalise la décoration du plafond de la salle du Consistoire au Palazzo Pubblico. Dans la continuité de la tradition artistique siennoise du Bon Gouvernement, le peintre maniériste élabore un cycle de fresques dont le système figuratif s’organise autour de personnages exemplaires et héroïques appartenant à la mythologie grecque et romaine. En alternant des représentations de personnages célèbres inspirés des « Uomini famosi » et des « storie » (scènes narratives), il exploite le mythe pour en faire un élément figuratif porteur d’un discours républicain au service de la politique.


    Mots-clés :

    Peinture – Renaissance – Maniérisme – Esthétique – Sociologie de l’art – Art de la Renaissance – Histoire de l’art – Italie – 16e siècle


    Abstract :

    From 1529 to 1536, to prepare the coming of Charles the Fifth, Domenico Beccafumi produces the decoration of the Sala del Concistoro in Palazzo Pubblico. In the continuity of the sienese artistic tradition of the Good Government, the mannerist painter elaborates a cycle of frescoes in which the figurative system gets organized around exemplary and heroic figures belonging to the Greek and Roman mythology. By alternating representations of famous figures inspired by « Uomini famosi » and by « storie » ( narrative scenes), he uses the myth to make a representational element which carries a republican speech to the service of politics.


    Key words :
    Painting – Renaissance – Mannerism – Aesthetics – Art sociology – Renaissance art – Art history – Italy – 16th century

  • Mythes et discours scientifiques : des constructions sociales du sens
    Marie-Pierre LAUDET
    Sociologie, Université Paul-Valéry, Montpellier III




 
Voir aussi :

Bookmark and Share
 

Dernier ajout : jeudi 2 octobre 2008. — © RUSCA 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.fr - contact@msh-m.org
Accueil de la MSH-M