Séminaire « Création, innovation et invention dans les sciences : approches pluridisciplinaires » 2012


Séminaire « Création, innovation et invention dans les sciences : approches pluridisciplinaires »

Vendredi 24 février, 14h30-16h30, MSH-M :
- A. Brenner, Philosophie (UPV, CRISES) « Présentation du séminaire : L’oubli du contexte d’invention »
- Emiliano Sfara, Philosophie (UPV, CRISES et Université de Calabre), « La création selon Canguilhem : étude de ses inédits »

Vendredi 11 mai, 14h30-16h30, MSH-M :
- Frédérique Woerther, langues anciennes (Centre Jean Pépin, CNRS Paris) « Les techniques d’invention chez Hermagoras de Temnos »
- Charles Guérin, Langue et littérature anciennes (UPV, CRISES) « L’évolution des protocoles d’invention dans le De oratore de Cicéron »

Vendredi 1er juin, 15h30-17h30, Site de Saint-Charles :

- Sven Dupré, Historien de la connaissance (Institut Max Planck, Berlin) :

« The Written transmission of optics and the invention of the artist’s studio / La transmission écrite de l’optique et l’invention du studio d’artiste »

L’objet de cette communication est d’examiner à nouveaux frais la question du rôle de l’art dans l’émergence de la science au début des temps modernes. Nous nous pencherons sur l’atelier d’artiste en tant que lieu de production et de transmission de connaissance, et nous tenterons de comprendre comment l’atelier d’artiste s’est transformé à cette époque, alors que la sphère de l’art comme celle des exigences épistémiques pour les artistes se transformaient. Il s’agit de comprendre notamment comment les joailliers et les verriers se sont intéressés aux effets de réflexion et de réfraction de la lumière sur différentes sortes de textures, de surfaces et de matériaux, et montrerons que la lecture des ces textes optiques par les artistes a changé la science de l’optique.

- Susana Seguin, Littérature française (UPV, IRCL) :

« Comment faire voir par les mots ? Stratégies discursives dans les écrits astronomiques de l’Académie des sciences de Paris »

Cette communication tentera de montrer les procédés d’écriture par lesquels les savants, et notamment ceux chargés de la diffusion des nouveaux savoirs astronomiques, parviennent à rendre visible pour le lecteur ce que les instruments d’optique permettent désormais de voir et de mesurer. Une attention sera alors portée sur la nature du discours ainsi produit : alors qu’on se méfie des erreurs d’interprétation auxquelles peuvent induire les sens, il s’agit de légitimer un savoir qui ne peut reposer que sur l’observation et sur une conceptualisation géométrique de l’univers observé. On montrera, enfin, l’importance de ce discours de diffusion des savoirs dans une recherche de légitimité sociale et politique des institutions savantes.

Vendredi 21 septembre, 14h30-16h30, MSH-M
- SÉANCE REPORTÉE
- Jean Dhombres (CNRS et École des Hautes Études en Sciences Sociales)
- Viviane Durand-Guerrier (UM2, UMR 5149) « Logique et créativité en mathématiques : un point de vue épistémologique et didactique »

Mardi 2 octobre, 17 à 19h, Saint-Charles
- Sylvie Vauclair, astophysique (Université Paul Sabatier Toulouse, Observatoire Midi-Pyrénées, Institut Universitaire de France ),

« Que nous apprend la science sur le monde qui est le nôtre ? La notion de création a-t-elle un sens ? »

Les découvertes scientifiques récentes ont profondément modifié la perception humaine de l’Univers qui nous entoure et dont nous sommes issus. Nous pouvons reconstituer une grande partie de son évolution, et situer notre présence sur Terre dans un contexte général dont les échelles nous dépassent de loin. Mais chaque question résolue conduit à en poser de nouvelles. Il est important de reconnaître l’avancée des connaissances scientifiques, mais aussi d’accepter leurs limites, qui évoluent au cours du temps mais ne disparaissent jamais complètement. Un vertige pour la pensée humaine !

- Béatrice Bakhouche, langue et littérature latines (UPV, CRISES)

« Discours sur la création du monde dans l’Antiquité latine : deux exemples atypiques »

Les discours sur la création du monde sont multiformes dans l’Antiquité : de la Théogonie d’Hésiode aux commentaires bibliques des écolâtres médiévaux, les exemples en sont fort nombreux. Il s’agira ici de proposer l’étude de deux témoins atypiques : d’abord un commentaire philosophique du IVe siècle, qui est le seul commentaire antique à faire appel aux textes bibliques, et un texte scientifique du Moyen Âge qui, s’agissant de la création du monde, essaie de concilier héritage antique et credo chrétien. L’intérêt de ces témoins est de montrer à quel point les frontières généralement établies entre les textes sont poreuses et comment les hommes de l’Antiquité finissante ont conjugué des héritages qui paraissent aujourd’hui irréductiblement hétérogènes pour rendre compte de la création du monde.

Vendredi 7 décembre, 14h30-16h30, MSH-M

- Dominique Descotes, littérature française (Clermont-II, Centre international Blaise Pascal) « Art et science »
- Patricia Touboul, philosophie (Université Paul Valéry-Montpellier 3, IRCL)

 

© MSH-M 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.frcontact(at)msh-m.org