Présentation


Les problématiques du social déclinées jusqu’ici sous le paradigme de l’état providence s’inscrivent désormais sous celui de l’individualisation et de la vulnérabilité- nouveau paradigme de l’action sociale. L’initiative privée se déploie en substitution de l’action collective, le secteur du service à la personne se constitue en alternative à la solidarité sociale dominante jusqu’ici. La solidarité sociale qui organisait l’action publique semble progressivement laisser la place au marché ; c’est en tout cas ce que veulent affirmer les promoteurs des politiques publiques actuelles, dans leur volonté de rationalisation.

Cette mutation impacte l’activité des praticiens ; elle confronte les décideurs publics à des contraintes d’un nouveau type, elle donne à de nouveaux acteurs l’opportunité de se positionner là où ils étaient jusque ici peu présents (Nicolas-Le Strat, 2008). Les réflexions des uns et des autres dans ce mouvement traversent le champ de la recherche comme de la formation (les partenariats du Master IDS de l’Université Paul Valéry et de l’IRTS en témoignent). Pris dans la traduction opérationnelle des objectifs de la Lolf (Rgpp,..), les Services extérieurs de l’état dans le secteur social, au sens large, comme les Collectivités Territoriales doivent concevoir de nouveaux dispositifs d’action, et donc d’observation et d’analyse.

En même temps, de nouvelles configurations semblent se dessiner dans l’articulation de l’emploi et du social -le succès de la notion de vulnérabilité, comme les formes nouvelles de traitement de la question sociale dans (et même par) les entreprises, en sont des indices certains.

PDF - 90 ko
Présentation générale

 

Dans la même rubrique :



 

© MSH-M 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.frcontact(at)msh-m.org