Mammouth, Néandertal... de quelques fragments d’ADN à un retour possible ?

Catherine HÄNNI (CNRS & ENS Lyon)

Le 12/01 à 17 h 30, Amphithéâtre de l’IAE, campus UM2.


C’est en 1984 que pour la première fois un fragment d’ADN est obtenu à partir de restes d’une espèce disparue, permettant de comparer cette espèce, sur des critères génétiques, avec les espèces actuelles. La paléogénétique était donc née, et cette discipline permet d’avoir un regard neuf sur le passé dans des domaines très variés. Quelques 25 ans plus tard, le génome complet d’un homme de Néandertal va être déchiffré. Cependant, analyser de l’ADN ou déchiffrer un génome complet ne veut pas dire faire revivre une espèce éteinte... Mais, ceci serait-il pour demain ? Pour ce début de l’année de la biodiversité, la paléogénomique est au cœur des enjeux scientifiques et éthiques de la biologie contemporaine.

 

 

Dans la même rubrique :



 

© MSH-M 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.frcontact(at)msh-m.org