Violence verbale et école

Vendredi 22 janvier 2010 à l’Université Paul Valéry, Montpellier III BRED, salle Jourda.


Commencée en 2000, notre recherche sur la violence verbale souhaite offrir des moyens de compréhension et de remédiation dans les domaines, à la fois privé et public, et, ici, dans le cadre de la présente journée d’étude, sur le terrain scolaire. Le travail s’est d’abord attaché à déterminer ce que l’on peut concevoir comme « violence verbale » et à en cerner les modes de fonctionnement(s). Nous avons mené des premières enquêtes dans un collège de Zone d’Education Prioritaire à Perpignan et dans des collèges de Marseille. L’étude portait sur la violence verbale dans le cadre institutionnel et consistait à en analyser les effets dans des rapports asymétriques. En ce sens, si nous avons fait quelques observations concernant les comportements entre élèves, notre attention s’est portée, avant tout, sur les relations des diverses parties : enseignants, principal, personnel administratif, et élèves. Finalement, à partir d’enquêtes ethnographiques, notre première étude s’est articulée autour de plusieurs axes : une définition générale de la violence et de la violence verbale, une tentative de description des conditions de production de la violence verbale, ainsi qu’une analyse des forces symboliques. Face à la violence, les pouvoirs publics s’interrogent. Violence envers les enseignants, envers les élèves, violence entre pairs, importance du racisme, et rôle de la discipline, développement de politiques altruistes, mise en place d’actions de prévention (par la médecine, la police, les services éducatifs), prise en compte de l’environnement social de l’enfant sont des préoccupations et des actions récurrentes. Il s’agit alors, d’une façon comme une autre, d’appréhender la réalité, pour permettre de dépasser les conflits.

Ainsi, les différentes interventions de cette journée d’étude visent à éclairer la problématique de la violence verbale à l’Ecole d’un point de vue transdisciplinaire tout en se focalisant sur un approfondissement concernant l’utilisation d’outils linguistiques, la violence s’exerçant aussi et peut- être le plus fréquemment par le langage.

Contact de la coordinatrice : Nathalie AUGER : nathalie.auger univ-montp3.fr

PDF - 55 ko
Programme du 22 janvier 2010

 

 

Dans la même rubrique :



 

© MSH-M 2006-2017
Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier
17 rue Abbé-de-l'Épée — 34090 Montpellier — France
msh-m.frcontact(at)msh-m.org